dimanche, décembre 18, 2011

Le Roi se meurt de Eugène Ionesco


4ème de couverture:
MARGUERITE, se dirigeant vers le Roi : Sire, je dois vous mettre au courant.
MARIE : Non, taisez-vous.
MARGUERITE, à Marie : Taisez-vous.
MARIE, au Roi : Ce n'est pas vrai ce qu'elle dit.
LE ROI : Au courant de quoi ? Qu'est-ce qui n'est pas vrai ? Marie, pourquoi cet air désolé ? Que vous arrive-t-il ?
MARGUERITE, au Roi : Sire, on doit vous annoncer que vous allez mourir.
LE MEDECIN : Hélas, oui, Majesté.
Je ne lis pas souvent de théâtre mais ce n'est pas pour autant que je n'aime pas ça. J'apprécie particulièrement le théâtre de l'absurde que j'ai découvert au lycée. Ce sont toujours des lectures sans prise de tête mais qui sous l'apparente frivolité abordent des thèmes graves.
Ici comme le titre l'indique, Ionesco nous propose une réflexion sur la mort.

Le roi Bérenger va mourir mais il ne veut pas se l'avouer. Comment lui qui a vécu des siècles peut mourir maintenant? Il n'a pas eu le temps de penser à sa mort ni le temps de vivre.

Je ne peux que conseiller cette pièce à tous ceux qui sont réticents au théâtre. Le style est tellement fluide que l'on rentre très facilement dans l'histoire. Ici pas de langage soutenue ni d'un florilège de figure de style pour enrober le récit. C'est tout simplement que les personnages s'expriment. Les répliques sont la plupart du temps très courtes et s'enchainent très rapidement.

Évidemment c'est de l'absurde donc l'histoire n'a pas vraiment de sens mais dans le genre Rhinocéros est bien pire ! L'humour est omniprésent grâce aux personnages et aux dialogues.
C'est un humour noir et décalé qui ne fonctionne pas à tout les coups.
La mise en scène est réduite au strict minimum et participe au fonctionnement de la pièce.

Les personnages sont peu nombreux: le roi; les deux reines, le médecin, le garde et la femme de chambre. Ils sont caractérisés par seulement quelques traits de personnalité. Le roi est mégalomane et s'identifie à Dieu. Les deux reines s'opposent complétement. Marie est très sentimentale et au contraire Marguerite est stricte. Les annonces du garde ajoute une autre touche d'humour à la pièce.

A travers ce livre, Ionesco nous pousse à penser plus souvent à la mort. En effet, même si nous savons que nous allons tous mourir, nous semblons surpris quand la mort arrive comme le roi Bérenger.

La pièce se lit tellement facilement que en quelques heures c'est déjà terminé ! C'est une lecture parfaite pour faire une pause entre de gros pavés ou pour tuer une heure ou deux !

3 commentaires:

  1. je ne suis pas trop fan, j'avais difficilement accroché à Rhinocéros ...

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais pas du tout Ionesco, mais je note, j'essaierai !

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails