dimanche, octobre 30, 2011

1Q84, tome 1 : Avril-Juin de Haruki Murakami

4ème de couverture:
Le passé– tel qu'il était peut-être – fait surgir sur le miroir l'ombre d'un présent – différent de ce qu'il fut ?

Un événement éditorial sans précédent

Une oeuvre hypnotique et troublante
Un roman d'aventures
Une histoire d'amour
Deux êtres unis par un pacte secret

Dans le monde bien réel de 1984 et dans celui dangereusement séduisant de 1Q84 va se nouer le destin de Tengo et d'Aomamé...


Haruki Murakami est un de ces auteurs dont j’achèterai le livre les yeux fermés: J'ai été rarement déçu ! Cela faisait un moment que je mettais plongé dans un de ses romans aussi lorsque Priceminster a proposé 1Q84 dans le cadre de l'opération Les Matchs de la Rentrée Littéraire, j'ai sauté sur l'occasion ! Je l'ai remercie donc pour cette découverte.

La quatrième de couverture dévoile peu de chose sur le roman, on ne sait à quoi à s'attendre et au contraire certains résumés en disent beaucoup trop.
Nous suivons en parallèle deux personnages qui à première vue n'ont rien en commun. D'un côté, il y a Aomamé, jeune femme de 29ans professeur d'arts martiaux. De l'autre, Tengo, 29ans également, professeur de mathématique et rédacteur d'articles pour des revues littéraires.

Les chapitres alternent selon ces deux points de vue. Au début, on ne comprend pas où l'auteur veut en venir, il décrit avec de nombreux détails des scènes d'apparences plutôt banales:
Aomamé coincée dans un taxi par les embouteillages, Tengo qui parle littérature avec un éditeur.
Pourtant, la plume de l'auteur nous hypnotise et l'apparente insignifiance de ces scènes nous intrigue et nous donne envie de poursuivre la lecture.

Murakami glisse au fur et à mesure du récit des informations sur les deux personnages principaux: leurs situations actuelles, leurs passés... Discrètement, des liens se font entre Aomamé et Tengo. Certains détails nous interpellent et on se rend compte qu'ils ne sont pas si différents l'un de l'autre.
Ils sont tous deux singuliers mais surtout très attachants. Tous deux ont leur part d'ombre. Aomamé fait disparaitre des hommes qui font subir des violences conjugales à leurs femmes et Tengo récrit une histoire qui n'est pas de lui.

On retrouve avec plaisir la plume de Murakami, poètique mais parfois cru. Les digressions sont nombreuses mais pas si inutiles que ça... Cela créé une atmosphère pesante et mystérieuse où se mêle réalité et monde fantastique. A la fin du roman, on en sait bien sur plus mais le mystère reste intact et les questions sont nombreuses. Malgré son épaisseur (534pages), ce livre nous semble bien trop court. On avale chaque page avec avidité et une fois notre festin terminé, on a qu'une seule envie dévorer le deuxième tome.

Vous l'aurez compris, j'ai littéralement adoré le premier opus de 1Q84. Les personnages par leurs singularités et leurs richesses m'ont ému et il a été difficile de m'en séparé. Le style de Murakami m'a encore une fois conquise. La multitude de détails sans importance manifeste peuvent rebuter certains mais personnellement c'est une des particularité de l'auteur que j'aime.

7 commentaires:

  1. Héhéhé, voilà un avis aux antipodes du mien =D J'aime beaucoup le fait que nous reprenions les mêmes éléments mais avec des ressentis tout à fait différents !
    J'ajoute de ce pas un lien vers ton billet au mien !
    Cajou

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas encore eu l'occasion de découvrir la plume de cet auteur mais ce livre a l'air très bien !

    RépondreSupprimer
  3. L'importance que Murakami apporte aux détails pour, l'air de rien, toucher des choses plus profondes est ce que je préfère chez lui. Il faut donc que je lise ce roman !

    RépondreSupprimer
  4. C'est un livre que j'ai très envie de lire !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai adoré moi aussi !!! Je ne me suis pas ennuyé une seconde en lisant ce bouquin !!! J'ai le tome 2 qui attend que je le lise :) !!!

    RépondreSupprimer
  6. Hmmm... Le résumé ne nous en dis pas beaucoup... Mais vu ton commentaire, il a l'air bien...
    A voir. Le tome 2 est-ce la suite des "aventures" de Tengo et Aomamé ?

    P.S : le commentaire Anonyme sur Uglies est de moi ;)

    RépondreSupprimer
  7. j'ai lu le livre, poussée par les éloges entendues de ci de là... Les répétitions sont omniprésentes et c'est vraiment dommage, mais contrairement à d'autres qui trouvent que l'action se déroule lentement, je n'ai pas eu cette sensation là... Je lisais ce qui arrivait sans me rendre compte que Aomamé met 10 pages à descendre un escalier par exemple... Mais ce qui m'a vraiment dérangé ce sont les scènes de sexe. Cela n'apportait absolument rien ni à l'histoire, ni à l'atmosphère ni même à la compréhension des personnages. Cela gâchait complètement l'aspect un peu aérien du texte! C'était lourd, inutile, beaucoup trop fréquent et me laissait une impression qui ne se dissipait qu'après avoir lu comment les discutions à propos la Chrysalide de l'air étaient justes. Bref, de super moments simple et justes mais aussi des répétitions et des passages LOURDS et limites pornographiques...

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails